Alternatives à la cuisson au gaz

Mission Katmandou / Mahendranagar

10 Janvier-24 janvier 2016

Alternatives à la cuisson au gaz (prix trop élevé : 90 euros la bouteille de gaz)

Blandine et Jean-François ont participé bénévolement à la mission de janvier 2016.

Ils ont tout d’abord étudié les différentes alternatives en France et construit un four solaire. Ils ont ensuite décidé de venir mettre en pratique leurs connaissances et de les partager avec les équipes de Children’s Home.

Objectifs : trouver une/des alternatives à la cuisson au gaz dans les deux orphelinats

  • Katmandou : 58 enfants, 10 adultes (staff)
  • Mahendranagar : 33 enfants, 6 adultes (staff)

Cuisson solaire :

  • un four solaire boite construit en France, peu testé car peu de soleil en Décembre, quantité de cuisson limitée à une famille de quatre personnes, transport impossible en avion, four volumineux et fragile (vitres)

1

  • Deux paraboles solaires achetées chez FoST à Katmandou. Une pour chaque orphelinat.

2

  • Efficacité démontrée. Reste le problème de la quantité possible de cuisson à savoir 5 litres d’eau maximum, soit possibilité de faire cuire 1 kg de riz.
  • Possibilité de faire cuire les repas de midi et le goûter seulement.
  • La cuisson reste tributaire du soleil pas toujours présent en hiver.
  • A Katmandou, le cuiseur est sur le toit, exposé au vent, loin de la cuisine. La cuisinière ne s’approprie pas l’appareil. Saru est enthousiaste par le fait que l’énergie de cuisson ne coûte rien.
  • Les didis qui montent les enfants sur le toit comprennent qu’elles pourraient l’utiliser pour la douche des petits (quand le temps le permet)
  • A Mahendranagar , le cuisinier s’approprie bien le cuiseur et envisage de l’utiliser. Le cuiseur est sur le toit et à proximité immédiate de la cuisine. Une barrière de protection est prévue pour la sécurité des enfants.
  • Une feuille avec les consignes de sécurité à été laissée dans chaque orphelinat

Cuisson au bois

  • deux wood stoves (Poêles à bois) sont achetés chez FoSt

mahen

 

3

Les poêles fonctionnent et leur usage permet une réelle économie de bois; Une amélioration a été apportée à Mahendranagar afin de pouvoir poser une casserole plus grande et d’en assurer la stabilité. L’efficacité sera améliorée avec l’isolation de la cuve (remplissage avec de la cendre).

L’amélioration sur le wood stove a été faite à KTM au retour (même si pas réalisée de façon conforme à ce que nous demandions) pour le poêle de KTM et un autre destiné à Mahendranagar à la demande du cuisinier.

Dans tous les cas, reste le problème des quantités à chauffer.

D’après le rapport de Jessica après notre départ, il semble que le Poêle à bois à KTM ne soit pas encore adopté. Par la/les cuisinière/s à ce jour.

Cuisson avec le poêle à briquettes (bricketts stove)

Un poêle à briquettes a été acheté chez FoSt pour Mahendranagar seulement, ainsi que le matériel pour la fabrication des briquettes.

Les briquettes sont fabriquées à partir de sciures ou de déchets végétaux et de pate à papier mélangés, compressés puis séchées. (Cf notes techniques jointes).

Les briquettes représentent une bonne alternative comme carburant ; prix bas, facilité de trouver de la sciure et du papier.

Le poêle est cependant nettement trop petit pour la cuisson collective.

4

En conclusion

  • Actuellement les cuisiniers utilisent le bois avec des foyers construits en terre du Népal; parfaitement maitrisée, cette façon de cuisiner est utilisée partout au Népal, de façon ancestrale.

65

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les cuisiniers préparent de façon très efficace les plats pour 65 repas, sur ces feux
  • Tous les systèmes testés sont efficaces mais trop petits pour de grandes quantités de cuisson.
  • Pour l’instant, il n’y a pas de réels soucis d’approvisionnement en bois au Népal, même si cette source d’énergie n’est pas pérenne.Blandine et Jean-François

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.